Sélectionner une page

Albert Herring

Albert Herring

Benjamin Britten

Nouvelle traduction allemande
de Carolyn Sittig & Waltraut Gerner
Opéra National de Nuremberg
Première: 16 mai 1998

 

Direction musicale: Christian Reuter
Mise en scène: Carolyn Sittig
Décors & Costumes: Madeleine Hümer
Dramaturgie: Johannes Blum

Distribution :

Lady Billows: Elena Pankratova
Albert Herring: Sibrand Basa
Florence Pike: Christa Puhlmann-Richter
Miss Wordsworth: Carole FitzPatrick
Mr. Gedge: Barry Hanner
Mr. Budd: Nandor Tomory
Nancy: Annette Elster
Sid: Dariusz Siedlik
Mrs. Herring: Inghild Horysa
Orchestre philharmonique de Nuremberg

Photos© Robert Söllner

Extraits de presse:

Opernwelt: Que peut-on souhaiter de plus?

Avec cette production l’Opéra de Nuremberg a réalisé une création exquise… Pour tous ceux qui estiment que l’opéra est un art tout à fait contemporain avec une grande diversité d’expression artistique, c’était un moment de plaisir intense… La mise en scène se sert d’abstraction, précisant ainsi les caractères et l’apparence visuelle. Cela permet une compréhension différenciée de l’histoire.   Opernwelt

Nürnberger Nachrichten: Ironie délicate

Avec leur morale étriqué, les soi-disant gardiens de la vertu s’obstinent dans leur indignation. Avec des moments pareils la mise en scène raconte de manière beaucoup plus claire, ce que Benjamin Britten chiffrait dans sa musique: cet opéra comique lui servait aussi comme prétexte pour parler de sa résignation. Carolyn Sittig trouve bien des raisons pour supposer qu’il s’agit ici d’une histoire de coming-out.   Nürnberger Nachrichten